Recrutée à la fois par la FCWB et par Bingoal-WB Ladies!

Désireuse d’améliorer sa communication, assurer une meilleure promotion et participer aux grandes manifestations relatives au vélo, la FCWB cherchait à recruter un ou une project manager. Un rôle confié depuis début décembre à Alyssa Lurquin, un renfort de choix pour la fédération, à plus d’un titre!

A 26 ans, la citoyenne de Mont-Saint-Guibert avoue une énorme motivation au moment de se lancer dans l’aventure. Une de plus pour cette sportive dans l’âme. Escalade, natation, athlétisme, cyclisme, triathlon, autant de disciplines qui lui ont permis de dépenser une énergie débordante. En parallèle, un bachelier en sociologie-anthropologie auquel elle ajoutera un Master en communication et relations publiques. Excusez du peu, tout cela en travaillant, les longues journées ne l’effraient visiblement pas. Parmi ses qualités, la rigueur et la persévérance, on pouvait s’en douter.

Entre le bachelier et le master, histoire de souffler, une petite balade à vélo avec son amie Maya De Backer. Pas une rando dominicale dans la campagne brabançonne, mais une traversée de l’Amérique du Sud, du Pérou au Chili, 4.000 bornes et 120 jours d’une inoubliable expérience humaine et sportive. A la clé, l’envie de se consacrer sérieusement au vélo et de se mettre à la compétition.

Bosser (chez Decathlon), étudier et s’entraîner, elle intègre la formation Isorex en 2019. Le bilan se veut mi-figue, mi-raisin: un sérieux accident de voiture surtout,  le néerlandais et la culture (et les infos) liées au cyclisme sur route qu’il faut assimiler… Si la passion prime, Alyssa se rend compte que les opportunités manquent, que beaucoup de questions restent sans réponse. Les siennes et celle qu’on lui pose.

Et si le Covid a mis un frein à sa, ou plutôt ses, futures carrières, l’horizon s’est ouvert d’un coup. Sportivement, la structure mise sur pied par Ludivine Henrion lui offre ce dont elle n’osait rêver,: un encadrement, un suivi, un programme de choix. Dans la foulée, la FCWB lui offre de mettre à profit ses connaissances et son expérience pour prendre en main tout ce qui mérite d’être amélioré au niveau image et marketing. Vaste sujet, les tâches ne manqueront pas

“C’est assez incroyable, sourit Alyssa Lurquin. Autant j’ai eu l’impression d’accumuler tous les points possibles et imaginables pendant deux ans, autant ici, toutes les portes s’ouvrent d’un coup! Je n’ai jamais eu de plan de carrière défini mais j’entends me donner à fond dans un domaine qui me plaît et qui me parle forcément. J’entends contribuer à dépoussiérer l’image de la fédération, la mettre en lumière et la rendre facile d’accès.”

Ses collègues et sa direction ont déjà pu mesurer son enthousiasme et ses nombreuses idées. Sans parler d’un caractère têtu qui ne lâche pas facilement prise quand il s’agit de mener un projet à bien. Si l’obstination est un défaut, cela représente plutôt une qualité, tant dans sa nouvelle fonction que sur le vélo où on lui souhaite d’également se faire une place et imposer ses vues!

J. Gr.