La formation multidisciplinaire porte ses fruits

Fatigués mais heureux, des images et des souvenirs plein la tête, les encadrants comme les participants au TFJV avaient le sourire. Le séjour aux Menuires, théâtre du Trophée de France Jeune Vététiste s’est parfaitement déroulé, tant sur le plan humain que sportif. Si on connaît la qualité de cette organisation qui plonge les jeunes coureurs dans l’ambiance d’un grand championnat international, faut-il encore savoir se montrer à la hauteur. “Tous nos jeunes ont affiché une grande motivation durant cette semaine, confirme Julien Soussigne. Certains avaient déjà vécu une précédente édition mais les plus jeunes découvraient. C’est forcément une expérience à ce niveau pour eux. Nous n’en retirons que du positif, d’autant que nous n’avons connu aucun pépin en termes de chutes ou de blessures.”

Chef de mission en remplacement de Brice Scholtes, il a u s’appuyer sur un staff qui s’est investi sans compter pour les enfants au long des 5 journées, le défilé inaugural et les 4 compétitions: le relais, la descente, le trial et le cross-country. Chaque coureur prend le départ de toutes les discplines et tous les points sont pris en compte dans un classement qui vaut surtout collectivement. A ce niveau, le Team Wallonie a fait mieux que se défendre face à tous les comités français et à l’Allemagne. “Au classement global, nous prenons la 7e place, ce qui est conforme aux attentes, mais la satisfaction vient des benjamins, les plus jeunes donc, qui grimpent sur la 2e marche du podium. C’est impressionnant car c’est souvent cette catégorie qui représentait notre point faible.”

A l’image des Lucie Dispa, victorieuse en XCO, d’Elisa Aubier, qui a épaté pour sa découverte de la compétition, ou de Louis Denayer, dans le Top 8 de chaque exercice, les “petits” ont montré l’exemple. ”

J. Gr.

Crédit: Virginie Photo