“La discipline est en pleine progression”

Le BMX freestyle? Tout le monde connaît. Non? Si c’est ce qui intéresse la plupart des jeunes. Prendre son vélo pour sauter, essayer de faire des figures, s’amuser. Voilà la base, Léopold Gorin ne dément pas. “J’en ai toujours fait, c’est un moyen pas cher pour s’amuser. Je suis allé à La Garene à l’école donc j’ai aussi fait de la route mais rouler en endurance me lassait très vite. Même en VTT, c’est sauter et tenter des trucs qui m’intéressait. Puis mes parents m’ont offert un BMX et j’ai su que c’était ça…”

S’il confirme donc que son sport existe depuis belle lurette, pratiqué un peu partout dans les villes et les campagnes, le BMX freestyle prend à coup sûr un gros coup de projecteur avec son entrée aux Jeux olympiques. “L’évolution est déjà évidente depuis cette annonce olympique. Ce que les pilotes réalisent désormais se révèle plus propre, plus impressionnant, plus… pro.”  En effet, un “run” donne une minute au concurrent pour montrer ce qu’il sait faire, ses figures, prouesses techniques.  “Avant, on donnait tout sur les 30 premières secondes puis on finissait comme on pouvait. Là, le niveau physique est incroyable, les gars envoient du lourd jusqu’au bout.”

Une publicité et une reconnaissance qui se doublent forcément d’un côté plus officiel. Pas évident pour des pratiquants qui véhiculent une image de liberté et d’indépendance. “C’est un stéréotype, le support d’une fédération et l’existence de grands championnats ne peut que faire progresser notre sport. Le nom ‘fédération’ peut en rebuter mais il ne s’agit pas de réglementer, juste apporter un soutien et un cadre à ceux qui le souhaiteront.”

En passionné et spécialiste, Léopold Gorin veut jouer un rôle déterminant à ce niveau, en tant qu’ambassadeur du freestyle pour la fédération. Les Urban Sessions qui se sont déroulés à Bruxelles constituent un bon point départ, et pas seulement parce qu’il y a pris la 3e place de l’Amateur Contest. “C’était exactement ce que j’espérais, une manche de Coupe du monde, parfaitement gérée de A à Z.” Il s’agit à présent de rassembler toutes les bonnes volontés et tout le talent disséminé partout en Wallonie et à Bruxelles. “Comme dans tous les sports, rouler et s’entraîner ensemble a toujours fait progresser le niveau. Nous allons essayer de nous rassembler, amener chaque skate park à accueillir des jeunes intéressés.”

En effet, même s’il vise plus haut, l’amusement et le fun doivent demeurer le moteur essentiel du BMX. “Pour l’instant, je suis surtout à l’écoute mais super motivé à l’idée de m’impliquer. Un séminaire UCI consacré au freestyle va bientot avoir lieu, ce serait parfait si nous pouvions envoyer quelqu’un. La formation de personnes de référence permettra d’aider et guider les initiatives,…”

Avec une motivation et un enthousiasme à hauteur de leurs sauts, Léopold et ceux qui prendront son sillage vont placer le freestyle sur la carte!

J. Gr.

Contact: Léopold Gorin – 0474/224691

Photo Arnaud Tonneaux